L'histoire d'immigrants discretsLe manoir du Péry

La Société Suisse de Liège-Verviers fête ses 100 ans. Dimanche ses membres fêteront leur Fête nationale à Trooz. Détails d'une histoire d'immigrants.

Fête nationale oblige c'est ce dimanche 1er août que la Société Suisse de Verviers-Liège invite ses membres à de retrouvailles festives au manoir de Péry à Trooz. L'association regroupe une cinquantaine de familles représentatives de multiples professions. Ce centenaire de la société, fondée ne avril 1904, est l'occasion de se rappeler quelques détails de l'histoire d'une immigration méconnue, liées à des noms que tout le monde connaît encore à Verviers.

C'est le cas de Roger Schmid, cousin du président de l'association, et dont le grand-père débarque à Verviers aux environs de

1880. Il habite Davos,e n haute montagne, où les débouchés professionnels sont quasi inexistants pour un comptable, à une époque où le tourisme n'existe pas encore. Il rejoint alors certains de ses frères et soeurs déjà établis à Verviers en pleine ériode de prospérité.

Un garage connu

Si le grand père fait carrière dans la comptabilité, son fils Daniel inaugure en 1928 le garage de la rue Mallar, à l'enseigne de la marque Fiat, puis Simca après la guerre.

Les deux fils de Daniel, Roger et Jean Schmid prennent la relève. Le garage quitte la rue Mallar pour s'installer ensuite en bordure de la rue de Limbourg, à l'enseigne Opel, jusqu'à la retraite des frères Schmid. Ce garage est actuellement occupé par le magasin Rox, vendeur d'accessoires automobiles.

La période de guerre

La seconde guerre mondiale est l'occasion pour les Suisses de Verviers, membres ou non de la société, de se serrer les coudes et de se retrouver avec régularité au Grand Hôtel de la rue du Palais, tenu par la famille Meng, également originaire de la confédération.

En ces temps troublés, la Suisse s'occupe de ses ressortissants en pays occupés et leur fait parvenir à Noël un colis de friandises et de chocolat.

C'est l'époque ou Pierre Merz, époux d'une pianiste verviétoise bien connue alors, joue le rôle d'intendant et où les responsables de l'Armée du Salut sont également d'origine suisse. Les activités snt fréquentes et la fin des hostilités ne ralentit gère le rythme des retrouvailles.

Visites culturelles

Aujourd'hui, les membres de la Société Suisse se retrouvent tous les deux mois environ, avec amis et connaissances, pour des agapes en commun. Régulièrement des activités culturelles ponctuent le calendrier, comme les visites au parc préhistorique de Ramioul, à l'Euro Space Center de Redu ou encore au monde sauvage de Deigné.

"Nous nous retrouvons uniquement entre amis, pour le seul plaisir de nous rencontrer. Il n'est pas question de politique entre nous. On se contente de prendre des nouvelles des amis" dit Roger Schmid.

La Fête Nationale

Chaque année aussi, la ociété Suisse se retrouve le premier dimanche qui précède ou qui suit la fête nationale, le 1er août. Ce sera donc à la date exacte de la commémoration que les Suisses de Verviers et Liège feront la fête à Trooz.

Le message de sympathie du président de la Confédération sera diffusé pour la circonstance, puisque l'Ambassade à Bruxelles se charge à chaque fois de faire parvenir la cassette enregistrée de l'allocution présidentielle aux intéressés.

Tout cela avant l'hymne national, et le verre de l'amitié qui précédera les retrouvailles officielles en présence du Consul.

La double nationalité

Au recensement officiel du 31/12/2003, la ville de Verviers ne comptait que six ressortissants Suisses, soit quatre hommes et deux femmes. Ils sont cependant plus nombreux dans les faits, mais disposent pour la plupart de la double nationalité. Un Suisse qui épouse une Belge ou inversement devient donc également Belge et apparaît au registre de population sous cette nationalité. Il conserve cependant sa nationalité Suisse. "Nous ne perdons jamais notre nationalité" dit Roger Schmid, qui est a aussi une soeur qui est à la fois Suisse et Britanique pour avoir épousé un Anglais.

La diaspora

En Belgique, on dénombre actuellement 6500 Suisses. A l'échelle du monde, la diaspora éparpille 700.000 citoyens de la Confédération.

Les identités régionales

En Suisse 60% des habitants parlent l'allemand, 25% le français, 10% l'italien et 6% le romanche, qui est la langue du Canton des Grisons, que parlent près de 60.000 personnes. Au niveau de l'immigration en Belgique, on recense un grand nombre de vitriers connus, originaires pour la plupart du Canton du Tessin. Quelques représentants de la réputée industrie horlogère suisse sont aussi membre de la Société Verviers-Liège et leurs magasins ont pignon sur rue dans les deux cités.

Des figures connues

La Société Suisse centenaire compte dans ses rangs d'éminentes figures bien connues en Belgique, dont le Père Genoud, ancien Directeur Général de Saint-Vincent de Paul, ou encore à l'ULg les professeurs Eisenring en stomatologie et Patsch en Droit romain. Plusieurs pasteurs protestants sont aussi membres de l'association, tels que Wyss, Barth, Borel ou Martin.

Article paru dans le journal "Le Jour - Le Courrier" du Vendredi 30 juillet 2004.