La fête nationale suisse à la ferme de Haras à Wegnez, c'était ce dimanche. L'occasion pour les Suisses de notre région de se retrouver.Le manoir du Péry

Après les Français et les Belges voici aujourd'hui le tour ds Suisses de célébrer leur fête nationale qui avait lieu le mercredi 1er auût. C'est à la Ferme du Haras à Wegnez que les Suisses de notre région ont décidé de se réunir ce dimanche, sous un soleil de plomb, pour fêter cet évènement.

Comme chaque année, la fête est mise sur pied par la Société Suisse de Liège et de Verviers emmenée par son président, André Schmid. "Cette année est particulière, l'ambassadeur de Suisse à Bruxelles nous fait l'honneur d'être parmi nous et ce n'était plus arrivé depuis plus de 50 ans. Aujourd'hui, 80 convives ont répondu présentpour célébrer cette fête nationale. Ce sont principalement des personnes de la région de Verviers et de Liège mais également leur famille de Bruxelles et même d'Anvers qui se sont également déplaçés. Lannée dernière nous avois organisés la fête à Val Dieu et cette année nous avons choisi la Ferme du Haras." Les drapeaux Suisses flottaient au vent pour l'occasion et tous étaient ravis de se retrouver pour parler de son beau pays.

Un Suisse de Verviers

Dans l'assemblée, on comptait une vingtaine de verviétois dont Charles Hirzel venu en Belgique volà maintenant 35 ans pour travailler à l'entreprise laitière Interlac. Originaire de Zurich, il retrourne deux fois par an dans son pays sd'origine.

"Celà n'a pas été trop difficile de quitter mon pays. L'année de mon arrivée, j'ai rencontré ma future épouse Francine Denoël qui travaillait comme secrétaire. Ensemble, nous habitons à Stembert. J'ai encore toute ma famille en Suisse, deux frères et une soeur mais ce qui me manque le plus ce sont les montagnes." Charles Hirzel, comme de nombreux Suisses de Belgique, possède la double nationalité. "J'ai été dès mon arrivée très bien accueilli, je n'ai jamais resenti que j'étais un étranger." La Belgique est donc devenue terre d'accueil pour Charles mais également pour plus de 7200 Suisses. Il est membre de la Société Suisse de Liège et de Verviers qui avec une cinquantaine de familles, se réunissent une douzaine de fois par an pour organiser des activités communes.

Fête nationale et 100 ans de leur fêtés dimanche à Trooz pour les Suisses liègeois.

A l'occasion de la fête nationale suisse, ce dimanche 1er août, la Société suisse de Liège-Verviers commémoera le 100éme anniversaire de sa création au manoir du Péry, 34 rue de Beaufays à Trooz.

Suises ayant acquis aussi la nationalité belge voici à peine quelques mois, André Schmid, qui a travaillé pendant 10 ans à Genève avant de diriger la société Orthodyne, spécialisée en analyseur de gaz, préside la société, secondée par une dynamique secrétaire Mme Florence Lefèvre. "On compte, dit il, 700 000 Suisses hors des frontières helvétiques dont 6 500 en Belgique avec de fortes colonies à Bruxelles ou Anvers et une cinquantaine de familles à Liège-Verviers. Dimanche, M. Rota, consul de l'ambassade de Suisse à Bruxelles, sera des nôtres."

La Société Suisse de Liège-Verviers se réunit tous les deux mois et organise des visites en Belgique. Parmi ses membres, quelques 70% sont nés en Belgique et certains profitentde ces rencontres pour retrouver des compatriotes qui devisent dans le même patois allemand qu'eux. La plupart retournent une ou deux fois par an au pays pour retrouver la famille et sans doute aussi cette propreté, ce sens de l'ordre et du rangement ratrement aussi cultivéschez nous!

Bien sûr, on s'attend à les voir travailler en horlogerie ou fromagerie mais il n'existe pas de fil rouge poue expliquer ces arrivées en Belgique. On relève parmi eux un directeur de Grand Hôtel de Verviers, des pasteurs protestants, un ancien directeur général de Saint-Vincent de Paul ou un prieur au couvent des Carmes déchaussés de Chèvrement, des professeurs à l'ULg en stomatologie ou droit romain, des garagistes ou des vitriers originaires du Tessin et des Grisons proches de Murano et qui ont importé en cité ardente leur savois-faire.

Article paru dans le journal "Le Jour - Le Courrier" en août 2007.

Les invités pour l'anniversaire devant le Manoir du PéryLe manoir du Péry

Nous avons célébré simultanément la Fête Nationale du 1° août 2004 et les 100 ans de la Société Suisse de Liège-Verviers; c'est en effet en avril 1904 que ses status ont été établis.

Parmi les 20 membres d'origine, 5 exerçaient la profession de vitrier-encadreur et étaient vatif des cantons des Grisons et du Tessin! Si les effectifs de la société se sont considérablement étoffés lors des deux guerres mondiales, elle a su néanmoins toujours conserver l'intimité de ses traditions originales et réunir nos compatriotes a intervalles réguliers lors de sympathiques manifestations culturelles, sportives ou gastronomiques.

A l'occasion de ce prestigieux anniversaire, une réception très réussie a regroupé au manoir du Péry près de Liège de nombreux participants, autour du Consul de Suisse à Bruxelles M. Hans Rotach et du Président M. André Schmid.

Article paru dans le journal.

Fête nationale et 100 ans de leur fêtés dimanche à Trooz pour les Suisses Liègeois.Le manoir du Péry

A l'occasion de la fête nationale suisse, ce dimanche 1er août, la Société suisse de Liège-Verviers commémorera le 100éme anniversaire de sa création au manoir du Péry, 34 rue de Beaufays à Trooz.

Suises ayant acquis aussi la nationalité belge voici à peine quelques mois, André Schmid, qui a travaillé pendant 10 ans à Genève avant de diriger la société Orthodyne, spécialisée en analyseur de gaz, préside la société, secondée par une dynamique secrétaire Mme Florence Lefèvre. "On compte, dit il, 700 000 Suisses hors des frontières helvétiques dont 6 500 en Belgique avec de fortes colonies à Bruxelles ou Anvers et une cinquantaine de familles à Liège-Verviers. Dimanche, M. Rota, consul de l'ambassade de Suisse à Bruxelles, sera des nôtres."

La Société Suisse de Liège-Verviers se réunit tous les deux mois et organise des visites en Belgique. Parmi ses membres, quelques 70% sont nés en Belgique et certains profitentde ces rencontres pour retrouver des compatriotes qui devisent dans le même patois allemand qu'eux. La plupart retournent une ou deux fois par an au pays pour retrouver la famille et sans doute aussi cette propreté, ce sens de l'ordre et du rangement ratrement aussi cultivéschez nous!

Bien sûr, on s'attend à les voir travailler en horlogerie ou fromagerie mais il n'existe pas de fil rouge poue expliquer ces arrivées en Belgique. On relève parmi eux un directeur de Grand Hôtel de Verviers, des pasteurs protestants, un ancien directeur général de Saint-Vincent de Paul ou un prieur au couvent des Carmes déchaussés de Chèvrement, des professeurs à l'ULg en stomatologie ou droit romain, des garagistes ou des vitriers originaires du Tessin et des Grisons proches de Murano et qui ont importé en cité ardente leur savois-faire.

Article paru dans le journal "La Libre Belgique" du samedi 31 juillet 2004.

Célébrer la fête nationale suisse.Le manoir du Péry

Regroupé pour la circonstance, les Suisse de Verviers et de Liège célèbrent leur fête nationale, dimanche dans la commune de Trooz.

Ils étaient 80 convives à participer dimanche à la cérémonie du centenaire de la Société Suisse de Liège-Verviers qui coïncidait au jour près avec la fête nationale de la Confédération.

Parmi les participants : des Suisses de Liège, Verviers, mais aussi également de la région de Bruxelles. Ainsi que le Président André Schmid, septuagénaire et Belge depuis.. six mois seulement. Un préident qui n'était pas peu fier d'accueillir M. Rotach, Consul de Suisse à Bruxelles, ainsi que Mme Conradt, attachée d'ambassade.

Tout le monde était convié au verre de l'amitié, avant d'écouter par cassette interposée le discours de Joseph Deiss, président de la confédération.

La 5eme Suisse

Cette allocution s'adressait à tous les citoyens de la "cinquième Suisse" , selon l'appellation donnée aux expatriés.

Et si notre pays compte 6.500 Suisses, la plupart s'installent à Bruxelles avec des entreprises de gros gabarit telles que Ziegler ou Galliker.

Mais la province de Liège n'est pas en reste de ce côté, et hormis les quelques Verviétois encore membre de la Société Suisse, on connaît aussi à Eupen les cartes postales du photographe Lander, d'origine suisse lui aussi.

Un modèle confédéral

C'était aussi pour André Schmid l'occasion de rappeler que le modèle fédéral suisse est unique en son genre.

Le pays compte 26 cantons et donc 26 Parlements, ainsi qu'un Gouvernement fédéral qui se compose de sept ministres seulement, dont l'un est coopté par ses pairs pour devenir président de la confédération pendant un an.

Un modèle insolite sans doute, mais qui pourrait inspirer utiliement une Belgique acquise à la pléthore des niveaux de pouvoirs et des portefeuilles qui s'y rapportent.

La double nationalité

Au recensement officiel du 31/12/2003, la ville de Verviers ne comptait que six ressortissants Suisses, soit quatre hommes et deux femmes. Ils sont cependant plus nombreux dans les faits, mais disposent pour la plupart de la double nationalité. Un Suisse qui épouse une Belge ou inversement devient donc également Belge et apparaît au registre de population sous cette nationalité.

Les identités régionales

Au niveau de l'immigration en Belgique, on recense un grand nombre de vitriers connus, originaires pour la plupart du Canton du Tessin. Quelques représentants de l'industrie horlogère suisse sont aussi membre de la Société Verviers-Liège et leurs magasins ont pignon sur rue dans les deux cités.

Des figures connues

La Société Suisse centenaire compte dans ses rangs d'éminentes figures bien connues en Belgique, dont le Père Genoud, ancien Directeur Général de Saint-Vincent de Paul, ou encore à l'ULg les professeurs Eisenring en stomatologie et Patsch en Droit romain. Plusieurs pasteurs protestants sont aussi membres de l'association, tels que Wyss, Barth, Borel ou Martin.

Pas de politique entre eux

"Les membres de la Société Suisse se retrouvent tous les deux mois environ, avec amis et connaissances, pour des agapes en commun, explique Roger Schmid, ancien garagiste bien connu à Verviers et membre actif de la société Suisse de notre région. Régulièrement, ddes activités culturelles ponctuent le calendrier. Nous nous retrouvons uniquement entre amis, pour le seul plaisir de nous rencontrer. Il n'est pas question de politique entre nous. On se contente de prendre des nouvelles des amis."

Chaque année aussi, la Société Suisse se retrouve le premeir dimanche qui précède ou qui suit la fête nationale, à savoir le 1er août. Dimanche, c'est à la date exacte de la comémoration que les Suisses de Verviers Liège se sont réunis.

Article paru dans le journal "Le Jour - Le Currier" du mercredi 4 août 2004.